Abys

Un panel large et sacré

Abys est originaire d’Avignon, il a toujours dessiné. Il a commencé à s’exprimer dans la rue par le graff et le tag sous le nom d’Abys. Dans les années 2000, après un bac scientifique, il entreprend une formation de technicien des arts appliqués pour mêler passion et métier.

Un pied dans le conformisme un brin alimentaire mais toujours lié à sa passion pour le dessin. Un autre dans les nuages à expérimenter différentes techniques : l’illustration, la peinture en passant par la sculpture, le pochoir, les affiches et bien d’autre… Abys est aujourd’hui graphiste freelance. Il continue cependant à produire des œuvres personnelles dans la rue et a participer à des expositions et événements.

Les références d’Abys et son travail

Pour lui, la rue c’est la visibilité. Contrairement aux galeries, la rue est accessible à tous et à tout âge, au détours d’un trottoir, au hasard d’un chemin… « C’est un très bon moyen de diffusion et de se faire connaître. D’autant plus si on trouve un endroit remarquable pour y mettre ce que l’on attendait pas, un genre de détournement du banal, pour surprendre ».

Abys s’inspire beaucoup du duo Etam cru, de Banksy, Julian Ardila, Ernest Pignon Ernest ou Rebbecca Dautremer. Sa veille sur le web et sa collecte d’images lui donne une bonne source d’inspiration… Son artiste préféré cependant reste Picasso. Sa guenon à tête de voiture, lui a beaucoup plu et il ajoute : « c’est lui qui m’a ouvert l’esprit et m’a apprit que tout est possible, le reste est une histoire de tendance ».

Abys a une imagination foisonnante et manipule les style et les technique a tel point qu’il n’arrive qu’à peine à faire des séries de 2 ou 3 pièces. « j’ai l’impression d’avoir dix mille style et de faire que des trucs différents ». Son trait reconnaissable apporte une cohérence à son travail. Le sujet du métissage est également à la base de son travail. A la fois onirique et figuratif, coloré et multiple. Il travaille à l’instinct dans une recherche du mouvement avec des compositions fluides. Il cherche a créer une harmonie entre les contradictions, qu’elles soint technique (académisme ou numérique), des concepts ou des cultures.

Abys rêve de peintures grand format, dans la rue, « avec plein de couleurs pour donner de l’espoir ». Mais il admet qu’il faut de l’entrainement et du travail. Pour l’heure, l’intégration d’un collectif à la Sunset Résidence, rue des Tables Claudienne à Lyon, lui permet de bénéficier d’une émulsion de groupe et de l’énergie créative des pentes de la Croix-Rousse.

L’humour et la couleur

Sa plus grande réussite est de pouvoir concilier sa vie d’artiste, de professionnelle et familiale. « mais je cherche encore mon style, ça commence à venir depuis que j’ai découvert… la couleur, c’est un truc magique et extraordinaire qui donne du relief et de la lumière » et ajoute « …et oui je viens d’être papa, d’une petite fille ». Son objectif à court ou moyen terme est de rencontrer d’autres artistes, de monter un collectif et de peindre des grands formats.

Abys fait des personnages « typés amérindien », il a beaucoup d’influence d’Amérique du sud. Dans son travail, Abys aime détourner, faire rire ou choquer parfois. Il aime faire travailler l’imaginaire, amener une réflexion. « Je travaille souvent autour du sacré » a tel point que certaines pièces de son travail sont qualifiées d’hérétique. Cependant, détourner une œuvre classique pour la rendre contemporaine permet de bouleverser un contexte culturel connu et faire écho.

Abys sur le web : www.abys.info

Voici le seul résultat

Voici le seul résultat